Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 08:14

Couchée tard, levée tôt, nuits blanches, ciel gris... et ce matin, cette sublime interprétation d'une chaconne de Bach par Hélène Grimaud. 

 

Parce que le Bonheur, c'est un instant de répit dans le tourbillon de la vie...

 

Une fenêtre ou des fenêtres qui s'ouvrent à chaque instant et se ferment et qui se rouvrent... Tout l'art est d'y être sensible et de savoir s'y attarder joyeusement, sans nostalgie superflue. 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cat 04/06/2010 22:19



Cher Marius, 


Je n'avais jamais analysé ma personnalité, ni ma perception des éléments, en terme de "contrastes"...


La musique de Bach, je ne sais l'expliquer, mais c'est celle que je mets au-dessus de tout, non pas qu'elle me corresponde, car tant d'autres compositeurs, notamment les russes dont mon chouchou,
Rachmaninov, les français Ravel et Debussy, les espagnols Manuel de Falla, Albeniz et Rodrigo, les compositeurs baroques que j'adore et Mozart et Chopin... me bouleversent jusqu'aux tripes.


Celle de Bach, donc, approche, à mon sens, de la perfection. Elle m'apaise, me procure de la sérénité, de la joie. Elle m'épate, elle m'enchante, elle me fascine.


Quant aux arènes, ce n'est pas le sang qui m'y attire... mais une magie quasi inexplicable qui s'y déroule et me saisit pareillement aux tripes, me bouleverse, m'enchante, m'angoisse, parfois me
fais jubiler et me fascine.


Ce sont deux univers qui m'aident à vivre, mais il y en a tant d'autres, le plus évident et nécessaire et vital, étant la peinture.


 



marius 04/06/2010 18:41



Quel contraste entre cette perception juste et fine de la musique et le goût du sang dans l'arène...Il faudra m'expliquer cela.