Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 10:54

N°1

Les rêves se heurtent.

Trop de rêves, hachés, éreintants.

 

La nuit devient hostile.

Les yeux ouverts voudraient se fermer,

La pensée voudrait s’ordonner…

Ordonner, au moins.

Rien.

Autre rêve.

Le corps s’agite, tourne, retourne.

Chaud et froid.

Fourmillements. Soupirs.

Le coin de l’œil abrasif, salé, s'apparente au mica, où les larmes ont séchées.

Les paupières, douloureuses, peinent à se soulever.

Un dernier rêve… à bout de souffle.

C’est déjà le matin.

 

 

 

images-de-toulouse 5318               images-de-toulouse 5323

 

 

N°2

4h30…

Les minutes s’affichent au ralenti,

silencieuse, sournoise et implacable comptine.

S’arracher à la chaleur de la couette, à l’empreinte du matelas, secouer la fatigue, agir.

Frissons.

J’enfile un gros pull.

 

images-de-toulouse-5319.jpg

 

Me voilà à ma table, devant la toile posée sur le chevalet.

Garder les yeux ouverts.

Je débouche mes tubes, du jaune, du bleu, le liant… du vert pour me réveiller, un beau vert lumineux.

                                       images-de-toulouse-5329.jpg

Je choisis une petite brosse n°5 aux poils encore souples, mais pas trop, rugueuse juste ce qu’il faut.

 

Douloureusement, d’abord, puis avec concentration et application, j’étale le cobalt et le cadmium. Le grattement des soies sur la toile m’apaise.

                                       images-de-toulouse-5330.jpg

Le rythme imprimé par mes doigts à la brosse achève de me sortir de la nuit.

J’aime la ponctuation du silence. Mon esprit s’évade.

Je songe à ce que je suis.

 

Je pense à mon tableau, à d’autres, à ceux à venir, aux rencontres nées de mes tableaux.

 

Je suis dans chacun d’eux.

Je songe à ce que j’écrivais à propos des fenêtres dans lesquelles je voyage.

Sont-ils perçus comme des « fenêtres » par ceux qui les regardent ?

Me voit-on ? Et comment me voit-on ?

Je suis chacun de ces tableaux.

Sans moi ils n’existeraient pas.

Sans eux, je ne serais pas  moi-même.


Mais je suis moi, aussi, faite de chair, d’âme et de sang.

 

Dehors, la nuit s’efface peu à peu…

Une aube grise s’installe.

 

Le réveil a sonné, parait-il...


images-de-toulouse-5328.jpg

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires